Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 11:11

Vous vous souvenez certainement, avant de partir en longues vacances j’avais commencé le récit d’une balade en Provence… J’ai raconté la première partie, la plus agréable… Il me faut maintenant terminer.

 

Il est 13 heures et nous reprenons donc notre marche, pour rejoindre le point prévu pour notre pique-nique… Nous aurons fait un peu plus de la moitié du chemin, mais, à partir de ce point c’est tout en descente, donc agréable et facile…

 

Le village nous apparaît, accroché à la colline, et on constate que tout est envahi par la nature, sauf l’église qui a fait l’objet de soins particuliers de restauration.

 

 

Ici, au milieu de nulle part, pas question d’utiliser son portable…

Mais les liaisons par fils téléphoniques laissent aussi parfois à désirer…

Alors cela ne sert à rien de crier « ne coupez pas », car c’est déjà fait !

 

 

De l’autre côté de la vallée se dresse la montagne de Lure où il reste encore un peu de neige… Il faut dire que cette année la région a été gâtée…

 

 

Et au détour du chemin on aperçoit, enfin le lieu prévu pour la pose…

C’est là-bas, au pied du gros arbre, au col…

 

 

D’avoir vu où on va nous rend nos jambes de 20 ans…

Et c’est plein d’entrain que nous continuons à avancer, longeons ces murets de pierres, construits il y a bien longtemps au bord du chemin par de gens qui ne regardaient pas à leur peine…

 

 

Sur le bord du chemin le thym est encore en fleurs…

 


 

Nous approchons, le col est là, juste de l’autre côté de ce que nous pensions être une petite vallée et qui va se présenter comme une rupture dans la colline…

Avant de penser à s’arrêter il nous faut encore descendre et remonter dans cette pierraille…

 

 

Et enfin, c’est vers 15 heures que nous arrivons au col, au pied de ce gros chêne qu’on voyait de loin, et qui de près semble plié de rire en nous voyant arriver, déjà pas mal fatigués…

 

 

Bien sûr, on a plaisir à regarder le chemin parcouru…

 

 

Mais, on est tout de même un peu inquiet en regardant ce qui nous attend…

 

 

Après une courte pose nous reprenons la route, mais je dois avouer que nous avions perdu notre belle énergie du matin…

Et comme à l’aller, le retour nous réservait quelques surprises qui nous paraissaient encore plus dures…

 

 

Heureusement une partie du trajet se fait à couvert, et nous découvrons un très beau chêne qu’on imagine bien jouant le rôle de l’arbre aux pendus…

 

 

Le chemin n’est pas trop fréquenté, et les fleurs ont pris le temps de pousser au milieu…

 

 

Il est presque 17h00, et si le paysage est toujours aussi beau, nous n’avons presque plus la force de l’admirer…

 


 

Enfin, nous pensons toucher au but, nous rejoignons le Jabron.

Il est déjà bien sec…

 

 

Mais, la largueur de son lit vous donne une idée de ce qu’il peut devenir au printemps ou en automne au moment des grosses pluies…

 

 

Nous attaquons la dernière partie de la promenade…

Au loin nous apercevons le vieux Noyers sur la colline… Nous n’avons qu’à rejoindre le pied de cette colline et on est arrivés…

 

 

Une erreur en suivant le chemin et on se retrouve simplement au milieu des champs.

Car bien sûr, je n’avais pas pris la carte, juste un petit plan et j’avais juste « mémorisé » le trajet de la promenade…

 

 

Deux solutions s’offrent à nous… Faire demi tour, et rallonger le parcourt d’environs 4 kilomètres, ou, passer à travers champs pour rejoindre la rivière, et la remonter jusqu’au village…

Mais, la route est encore longue, et la fatigue se fait sentir… Nous avons perdu notre belle énergie du matin…

 

 

Après tout, on doit aller à Noyer sur Jabron, alors, nous choisissons la seconde solution, et nous allons marcher dans le lit du Jabron pour rejoindre notre but…

 

 

Ce n’est peut être pas le meilleurs choix, car marcher dans le lit caillouteux d’une rivière, c’est assez difficile… Et sortir du lit en escaladant une berge de presque deux mètres cela s’avère assez difficile en fin de parcourt…

 

Et nous sommes arrivés à notre but vers 19h00, fourbus et contents…

Sur la fin du parcourt, à chaque pas je pensais au sourire de la vendeuse de chaussures m’expliquant que « pour des marches occasionnelles cela serait parfaitement adapté »…J’ai mis quelques minutes à enlever mes chaussures, et j’ai découvert l’état de mes pieds…

J’avais assez d’ampoules pour refaire l’éclairage public du village, et pendant huit jours je n’ai mis que des claquettes…

 

 

Nous avons rapporté de cette promenade plein de photos qui m’ont donné la possibilité de vous offrir un article…

Nous avons appris que le choix des chaussures était important…

Nous avons compris que le temps de marche indiqué été celui de « marcheurs » et que pour les « promeneurs » il fallait revoir cela à la hausse…

 

 

Nous savons maintenant qu’au lieu de partir à 11 heures, il vaut mieux être un peu plus matinal.

Nous avons appris à ne pas seulement nous fier à notre mémoire et qu’il est indispensable d’avoir une vrai carte en permanence, à portée de main…

 

En fin de compte, nous savons que nous devons reprendre l’entraînement cet hiver, pour être prêts l’été prochain pour vous emmener sur d’autres chemins de Provence…

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 17:24

 

Ayant visité le site de Miregi, il nous est venue l'idée de marcher...

Anne, ma femme marche « régulièrement », une ou deux fois par mois, avec un groupe. Mais moi, il y a des années que je n'ai pas fait autre chose que des balades le dimanche après midi quand il fait beau, et pas trop chaud...


Nous allons passer quelques jours en Provence, et nous allons en profiter...

Alors, en avant.

J'ai choisi un parcours simple, sans grandes difficultés qu'on va avaler rapidement, pour une remise en jambes... Une promenade de 4 heures, avec à peine 300 mètres de dénivelé.

Côté équipement, j'ai fait un saut dans une grande surface du sport, et suivant les conseils de la vendeuse, j'ai pris une paire de chaussures très simples, et bon marché (« pour des marches occasionnelles, cela sera parfaitement adapté » m'explique-t-elle avec un sourire)...


Et nous voila partis. Il est 11h00 quand nous quittons la place de la mairie de Noyers sur Jabron et nous devrions être de retour au milieu de l'après midi.


Rapidement (enfin, pas si rapidement que cela ) le chemin prend de la hauteur et on domine la vallée... Au fond, au pied de la montagne de Lure, on domine le cirque de Valbelle.




Nous continuons à grimper, et enfin, au détour d'un chemin nous apercevons la première étape, le vieux village de Noyers.



Ici, la végétation est adaptée au terrain... Des genets, du buis, et du thym... Et bien sûr les chênes...



Rien ne subsiste du village, sauf l'église, superbe bâtiment (mais qu'on ne peut malheureusement pas visiter).

La raison de cet abandon n'est pas la Peste ou le Choléra, comme ailleurs en Provence... Non, c'est simplement « La Grande Guerre », oui, ce village fut une victime collatérale de la guerre 14/18...



Dans le cimetière, tout est à l'abandon, sauf une tombe, nettoyée de frais.

Est-ce l'hommage d'un héritier reconnaissant ?




Les rues du village serpentent au milieu de la végétation qui a repris possession des ruines...



Seules les caves voûtées semblent encore résister... Mais, je pense que je n'irais peut être pas m'y mettre à l'abri.



Dans cette maison, même la cheminée de belle taille s'est écroulée.



Mais, cette maison, c'était l'Auberge...

(C'est écrit en Rouge, mais je ne pense pas que se fut une réplique de « l'Auberge Rouge »)



Nous allons pénétrer dans le château...

On peut se demander combien de temps encore cette arche va résister...



Voici la grande Porte, et le contre fort du mur d'enceinte.



La taille de la porte donne une idée de ce qu'était ce château...



Mais, là aussi le temps a fait son œuvre, et une partie de la voûte s'est effondrée.



Avant de repartir, nous découvrons l'intérieur du presbytère...



Il est temps de reprendre notre balade...

Mais, il est déjà presque 13 heures... On n'est pas en avance...


Mais je vous raconterai la suite une autre fois...



Partager cet article

Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 14:00


Au printemps, le temps change très vite...

Le matin, les nuages s'accrochent encore en haut des collines...

Les arbres fruitiers sont en fleurs dans les vergers à l'abandon...

Mais le lendemain, le froid est revenu...

Les collines se sont couvertes de neige...

Heureusement elle n'est pas descendue trop bas, dans la vallée, et les fleurs ne vont pas en souffrir...


Toute la journée le soleil joue à cache-cache avec les nuages...

Mais, en final, le ciel bleu revient.

Il semble lavé de toute impureté...

Il est temps pour les abeilles de reprendre leur besogne...


Alors comment voudriez vous que je ne l'aime pas,

mon village en Provence

(Si vous allez sur le Site, sachez que c'est un site commercial...

Il faut payer pour s'y faire référencer, alors, entre ce qui y est dit et la vérité de mon Blog, il y a juste trente ans d'amitié...)




D'autres articles dans mon blog, qui vous parlent de ma Provence...


Une ruine en Provence...


Nuages en Provence...


Ces arbres solitaires...


Sur le plateau de Sault...


Un « gratte ciel » en Provence...


Les vacances


Un village en Provence


Votre question va être : « pourquoi mettre ces liens, sur mon propre Blog »...


D'abord, si je ne pense pas à moi, qui va y penser


Ensuite (et surtout) c'est pour montrer à ceux qui découvriraient d'abord cet article, que ma Provence, je l'aime...



Partager cet article

Repost0
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 14:00

 

Alors me direz vous pourquoi rester... Pourquoi ne pas chercher ailleurs...

 

Peut être parce que, dans ces montagnes, tout change vite, et que le beau n'est jamais loin...

 

Le ciel se charge de gros nuages noirs...

La pluie tombe en trombes d'eau dans la vallée...

La pluie est un événement qu'on attend, et parfois qu'on souhaite...

Mais, la pluie passe.

Alors, il suffit d'attendre, et de laisser passer un peu de temps pour redécouvrir ce pays que j'aime...

 

Les nuages semblent encore s'accrocher sur les collines

Ils remplissent les vallées...

 

Mais on sait qu'avec le temps, le ciel bleu reprendra ses droits...

 

Pour lire la fin, cliquez ici...

Partager cet article

Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 14:00

 

Alors me direz vous... Tout est merveilleux...

Mais, ce village n'est mon village que d'adoption...

Après tout, je n'y suis que depuis trente ans, et si j'y ai englouti une grosse partie de mes économies, c'est pour entretenir et embellir ma maison...

Alors, pourquoi devrais-je me plaindre, moi, qui en profite dès les beaux jours, et qui ne connaît pas la difficulté de la vie quotidienne dans ces montagnes...

 

Ici on ne jette pas... On garde au fond du jardin ce qui ne peut pas partir avec les ordures ménagères...

On y retrouve les ferrailles, les machines à laver, les voitures...

Mais, c'est dans notre propre jardin, ou dans notre champ...

On est chez nous...

 

Ici, on garde les maisons et les biens qui nous viennent en héritage...

Pourquoi vendre... Pourquoi partager...

En attendant, elles vieillissent au milieu du village, comme des dents gâtées dans un joli sourire...

Il suffit qu'elle ne soit pas dangereuse ou du moins, pas trop...

Il sera bien temps plus tard, quand nous serons dans le besoin, de nous séparer d'une parcelle ou d'une maison qu'on vendra au prix fort, à « des estrangers »...

 

Ici, on travaille...

On a créé de l'emploi, alors, cela donne des droits...

Qu'importe que la rue principale du village soit bordée d'un chantier permanent...

Qu'importe si l'entrée du village est défigurée par des blocs de béton...

Si quelqu'un se plaint on le rappelle à l'ordre... Si un journaliste fait un article, on lui demande de s'excuser...

Derrière ce chantier, il y a des emplois...

Alors, qu'importe la pollution visuelle...

 

Pendant des années j'ai cru avoir de la chance de ne pas vivre plus au Sud, dans le Luberon...

L'immobilier y a flambé, avec l'arrivée des étrangers et des BoBos, venu de Paris avec le TGV qui fait halte à Avignon...

Mais, ils y ont apporté le goût de beau...

Et peu à peu ils ont envahi les hameaux et les villages, formant la majorité de la population, et même des votants...

Et, avec cette invasion est venue la tyrannie du « tout Provençal »...

Là bas, l'argent est roi... Et rien n'est top cher, il faut juste que cela soit beau.

 

Dommage qu'on ne sache pas encore trouver un équilibre entre les deux...

 

Pour lire la suite, cliquez ici...

Partager cet article

Repost0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 14:00

 

Je vais vous parler des maisons...

Ces fermes accrochées aux collines, qu'on continu à exploiter, malgré les difficultés quotidiennes, et qui s'accordent comme un luxe un arpent de jardin et un autre de vigne...

Ces mas, trop grands pour être entretenus et dont les terres étaient trop petites et trop dures pour être rentables à l'exploitation et qui ont été vendus à « des estrangers » qui viennent y passer les vacances, qui ont mis tout leur amour et leur argent à les faire revivre dans leur luxe d'antan, mais qu'on regardera toujours comme « des estrangers »...

 

Ces maisons de vacances, construites par les parents, et reprises par les enfants qui y retrouvent leurs racines et qui les entretiennent soigneusement pour les passer à leurs enfants...

 

Ces jardins, soignés, décorés, où on s'entête à cultiver des fleurs au milieu des cailloux...

 

Ces rues, bordées de maisons qui, en hiver, attendent d'être réveillées. Elles ouvriront leurs portes et leurs volets aux cris des enfants qui viendront ici découvrir un « ailleurs » qui les change de la ville où ils vivent...

 

Pour lire la suite, cliquez ici...

Partager cet article

Repost0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 14:00

 

Je vais vous parler de l'eau...

L'eau qui manque au lavoir, déserté depuis des années mais qu'on maintient en état, comme symbole de la vie sociale du village...

L'eau qui coule à chaque fontaine, qu'on entretien soigneusement, au cas où...

L'eau de la rivière qui traverse le village d'un bout à l'autre séparant ces deux moitiés, l'Adret et l'Ubac, et qui, été comme hiver, offre son chant sur les cailloux...

 

 

Pour lire la suite, cliquez ici...

Partager cet article

Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 14:00

 

Je vais vous parler des arbres...

 

Ils semblent pétrifiés et dessinent leur profil, en ombre chinoise, au sommet de chaque colline...

Mais, dès qu'ils le peuvent, ils se parent de rameaux nouveaux...

Ils ont résisté à tout, et veulent simplement renaître...

 

Je vais vous parler des arbres qui poussent dans les ruines...

On a l'impression qu'en partant, les habitants ont posé quelques fruits sur la table, et le temps aidant, ils ont pris racines, et maintenant ils font corps avec la maison...

 

Pour lire la suite, cliquez ici.

 

Partager cet article

Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 14:00

 

Je vous ai déjà parlé de ma Provence...

 

Je voudrais vous parler maintenant de mon village en Provence...

C'est là où tous les ans, je passe mes vacances, depuis plus de trente ans...

Je n'ai pas le talent de Peter Mayle pour vous raconter les événements quotidiens que je pourrais vivre si je passais une année en Provence.

Alors, je vais me contenter de vous parler de ce que j'aime...

 

Je vais vous parler des ruines...

Ces ruines qui semblent sortir de terre, dans chaque champ...

Elles sont partout présentes, mais elles ont toujours l'élégance de se parer d'un coin de ciel bleu, pour mettre en valeur la patine de leurs vieilles pierres qu'on devine à travers la végétation qui a repris ses droits...

Elles se laissent aller à des fantaisies, cherchant à ressembler à des œuvres d'art, à des sculptures oubliées...

 

 

Pour lire la suite, cliquez ici...

 

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 18:07

Nous avons eu le plaisir de passer trois jours à Monaco...

Pas vraiment le temps d'aller au Casino...


Mais, nous avons profité des derniers beaux jours en nous promenant en ville...


Je pense que vous connaissez tous le Blog de Muad' Dib qui nous offre

« un musée à ciel ouvert »...

Alors, tout au long de notre très courte promenade puisque nous ne sommes allé que de l'Hôtel au port, en passant rapidement par le Casino, nous avons fait une collecte de souvenir, en pensant à lui...


Pour ceux qui ne connaissent pas encore, voici quelques une des statues rencontrées...


Je dois vous avouer que je n'avais jamais vu une telle concentration d'œuvre d'art à la portée de tous... Il y en a presque autant que de Ferrari ou de Rolls qui elles ne sont pas vraiment à la portée de tous, quoi que...

La seule différence c'est que les statues ne bougent pas et on peu les retrouver, d'un jour sur l'autre...



Peut-être est-ce à ce promener parmi toutes ces œuvres d'art qui rend les gens plus heureux et plus calmes, ce qui rend la violence presque invisible en ce Paradis...


D'autres prétendent que cela pourrait être du au fait qu'en ces lieux, on trouve un policier pour moins de cent habitants, alors qu'à Nice, ville française toute proche, le rapport n'est que d'un pour trois milles. Alors là, il faut parfois s'en remettre à la Bonne Mère...


Toutes les photos ne sont pas dans cet article. Elles sont dans l'album ouvert spécialement...

J'ai pris soin, pour la plupart, de donner la fiche signalétique. C'est important de connaitre l'auteur, mais aussi les généreux donateurs...

Bonne visite...

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les photos d'Opium
  • Les photos d'Opium
  • : Un espace pour pouvoir offrir à voir ce que j'aime
  • Contact

Profil

  • Opium
  • Avec l'âge, j'aime la beauté, le calme et la tendresse...
 Et je cherche à l'exprimer par mes photos...
 
 ----- "La Fabrique" a réalisé gratuitement mon avatar -----
  • Avec l'âge, j'aime la beauté, le calme et la tendresse... Et je cherche à l'exprimer par mes photos... ----- "La Fabrique" a réalisé gratuitement mon avatar -----

Rechercher

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -